Olympus FTL

olympus ftl projet muse cnl 

Le succès de ses reflex 18x24 mm encourage Olympus à se lancer dans la production d’un 24 x 36, dont elle annonce, avec quelque optimisme, la sortie pour la Photokina 1971. 

La préparation de ce nouveau modèle, le M-1, vite rebaptisé OM-1 afin de mettre fin au litige avec E. Leitz, sera tellement retardée qu’Olympus sait qu’il lui faut trouver une solution intérimaire pour respecter le rendez-vous de  Cologne. Elle décide d’assembler un autre appareil à partir d’un design acquis  auprès d’une société japonaise dont le nom reste inconnu, et de l’accompagner d’une gamme restreinte d’objectifs Zuiko et d’accessoires de sa propre conception.

Ce sera l’Olympus FTL, le seul reflex 24 x 36 de la marque en monture à vis M42. Sensiblement plus volumineux que le M-1 et les différents OM qui lui succèderont, le FTL sera construit de juillet 1971 à janvier 1972. D’aspect classique, solide et bien fini,  avec son  obturateur à rideaux (B 1 s.- 1/1000 s.) et son posemètre au CDS alimenté par une pile PX625, il se distingue peu  de ses contemporains. La seule différence d’importance est la mesure TTL à pleine ouverture, uniquement avec les optiques Zuiko. Ses 26.000 exemplaires produits ont progressivement sombré dans l’oubli, tout comme ses six objectifs, de 28 à 200 mm et ses accessoires, au profit de nombreux autres Olympus, qui continuent de faire le bonheur des amateurs et des collectionneurs ; une bonne raison pour lui rendre hommage ici.

Jen-Pierre Vergine