Olympus Pen EM

olympus pen em 1


 Dans la série des OLYMPUS demi-format, le PEN EM se distingue des autres par des dimensions plus importantes (130 x 72 x 55 mm). Mais, avec son objectif F. Zuiko 1:2 f = 35 mm, ce n’est pas la seule différence, il s’agit du premier PEN combinant l’automatisme de l’avancement du film à celui de l’exposition avec priorité à l’ouverture. On cadre, on règle la mise au point sur l’échelle des distances, on sélectionne une ouverture de 2/2 à f/22  et on déclenche. Alimentés par 2 piles AA de 1,5 V, l’obturateur COPAL ELEC et le moteur incorporé font le reste, au rythme d’une vue par seconde. Arrivé en fin de course, le film est rembobiné automatiquement. Ce petit nouveau a quelques limites. Le moteur entraîne le film au rythme d’une vue par seconde, nous sommes loin des prises de vues en rafale. Le posemètre CDS est à lecture externe, ce qui donne la fausse impression d’un télémétrique. La plage de sensibilités va de 10 à 400 ASA, plutôt restreinte de nos jours, mais assez dans la norme à sa sortie, en juin 1965. Mais son plus grand défaut est son manque de fiabilité, tellement incertaine qu’OLYMPUS arrête sa production 7 mois plus tard. Certainement trop avancé pour son époque, le PEN-EM mérite une petite place dans une vitrine comme témoin du premier véritable automatique demi-format ou pour accompagner une sortie quand il fonctionne encore bien comme l’exemplaire présenté..

J-P. Vergine